Français
L' Eau de Cologne à travers les âges


L'Eau de Cologne : un classique indémodable !

La discrète Eau de Cologne regorge de surprises. Encore et toujours…



Un ancêtre légendaire (1360)

     Dès le xive siècle en Occident, la parfumerie alcoolique fait son apparition suite à la découverte de l'alcool éthylique. La distillation de l'alcool a lieu grâce à l'alambic et au serpentin. Cette méthode amorce la naissance des parfums modernes. Et c'est là que la légende prend le pas sur la science avec l'eau de la reine de Hongrie

          ''Moy, Donna Yzabelle, Reyne de Hongrie, estant âgée de soixante-douze ans, fort infirme et gouteuse, un an entier de la suivante recepte laquelle j'obtins d'un Hermitte que je n'ay jamais veu ny pû voir ; depuis elle me fist tant de bien et de fait qu'en mesme temps je fus guerie et recouvray mes forces, en sorte qu'elles paroissent seines à un chacun ; le Roy de Poulougne me voulut épouser, ce que je refusé pour l'amour de Jésus-Christ et de l'Ange duquel je croy que j'obtins ladite recepte.''

Cette recette, quelque peu fantasque, aurait consisté à exposer, pendant une petite semaine, dans une bouteille de verre, des feuilles de romarin, de marjolaine, de sauge et d'esprit-de-vin. Cette eau, originelle et miraculeuse, serait à l'époque un médicament purificateur. On le boit, on s'en parfume intégralement le corps. Source de beauté et de jeunesse, à l'intérieur comme à l'extérieur, elle agirait sur les migraines, les vapeurs, les rhumatismes, la goutte,… et sur la peste ! Légende, supercherie scientifique ? Toujours est-il que la cour de Versailles en est friande ! Cet élixir sera, en tout cas, utilisé jusqu'au xviiie siècle.

 

Un inventeur italien (1695)

Un peu de légende, de véritables sources historiques et de nombreux bienfaits : désinfection et purification des mets, de l'haleine et du corps et tonification.

Un jeune milanais, Giovanni Paolo Feminis, conçoit, en 1695, la recette de l'aqua mirabilis à partir des travaux initiaux des religieuses du couvent Santa Novella à Florence. Celles-ci préparaient une Aqua di regina. La recette finalisée, il la transmet à son neveu, apothicaire à Cologne, Jean-Antoine Farina.

D'autres versions, plus ou moins éloignées de celle-ci, existent bien entendu mais toutes s'accordent sur le fait que Giovanni Paolo Feminis est le créateur et Jean-Antoine Farina le distillateur. Ce dernier lèguera, d'ailleurs, ce fabuleux héritage à son petit-fils Jean-Marie Farina en 1788. Dès cette époque, Jean-Marie Farina devient l'unique propriétaire en Europe de cette eau qui se nomme ''Eau de Cologne''. C'est d'ailleurs, sous ce même intitulé que les soldats de Louis XV, de retour de Cologne, introduisent, lors de la guerre de Sept Ans, cette eau à la cour. On pouvait s'en frictionner le corps, l'utiliser pour des ablutions, en mettre aussi dans la soupe,… Certains médecins la prescrivaient aussi en injection ! Cette ''eau admirable'' n'a pas changé de composition depuis 1709.

Elle est rapidement devenue le parfum favori de Louis XV, Louis XVI et Napoléon. Mais s'il ne fallait en retenir qu'un c'est bien Napoléon, son plus célèbre consommateur ! Selon certaines archives historiques, ce dernier était incommodé par les parfums trop capiteux. Seules les créations de Jean-Marie Farina avaient droit de cité sur sa table de toilette. Il s'en servait comme friction antifatigue et excitant cérébral. La veille de chaque engagement crucial, lors de préparation de plans de bataille, il avait toujours à portée de main l'un des petits flacons. Ce goût très prononcé pour les eaux de Cologne est présent dans certains écrits historiques. Il aurait employé jusqu'à soixante flacons par mois !

 

Une escale parisienne et pérenne (1806)

Bien que la composition initiale de cette eau soit relativement succincte, elle indique le début de la parfumerie alcoolique. À cette époque, il existe déjà à Paris au moins trois maisons de parfumerie dont les noms sont encore célèbres : Piver, Lubin et Houbigant. En 1806, Jean-Marie Farina s'installe rue Saint-Honoré.

En 1840, il vend sa fabrique, son commerce et sa marque au parfumeur Collas, qui à son tour, en 1862, transmet le tout à ses deux cousins Roger et Gallet dont les descendants sont encore à la tête de la maison. Dès 1851, l'eau est expédiée en fioles allongées avec un bouchon de liège revêtu d'un parchemin et enveloppé d'un imprimé griffé Farina, une empreinte d'un timbre et un cachet aux armes de Prusse.

Au xixe siècle, l'eau est déjà un classique et la concurrence est rude. Armand Roger et Charles Gallet multiplient les procès aux copieurs. Ils affirment être les uniques détenteurs légaux de l'original.

 

Pendant ce temps, en Allemagne (1792)

Commence ici l'histoire de l'Eau de Cologne originale 4711 (Kölnisch Wasser). Le 8 octobre 1792, le fils du banquier Mühlens de Cologne, célèbre son mariage et reçoit d'un moine, invité à la fête, la formule d'une aqua mirabilis.

Conscient de la valeur inestimable de ce présent, le jeune marié crée alors une fabrique dans la Glockengasse. En 1794, l'usine porte le nom de 4711 en référence à la période d'occupation de la ville par la France qui décide alors de numéroter les maisons. Au xixe siècle, cette eau remporte la faveur de la bourgeoisie. Succès incontestable !

Elle aussi se fait connaître pour ses nombreuses vertus. Elle est alors bue sur prescription médicale. Elle ralentirait les cœurs trop rapides, freinerait les maux de tête à l'inspiration,…

Mais son caractère médical disparaît assez rapidement. En 1810, Napoléon Bonaparte impose une loi afin que l'on révèle les formules. Les fabricants s'y opposant, l'image de l'Eau de Cologne change et devient une eau de toilette à usage externe uniquement !



Aujourd'hui (…)

La formule est toujours secrète. Quelle soit française ou allemande, l'Eau de Cologne s'impose en véritable trésor. Chaque parfumeur offre sa propre fragrance y ajoutant sa petite touche personnelle. Les incontournables sont toujours là : 4711, l'Eau impériale que Pierre-François-Pascal Guerlain offre, en 1853, à l'impératrice Eugénie, épouse de napoléon III, sans oublier les Eaux de la ''Collection 1920'' de Jardin de France : Impérieux Vétiver, Tendre Muguet, Rose éternelle, Lavande exquise, Divine Angélique, Rêve de Chèvrefeuille, Âme de Thé vert, Fidèle Violette, Secret Hespéridé et Absolue Damona.

Dans les années 1960, l'eau de Cologne est âgée alors de près de 600 ans. Ayant toujours existé depuis les origines de la parfumerie, la Cologne devient, quelque temps, secondaire au profit de nouvelles tendances olfactives visant la séduction, puis l'ostentation.

Mais elle n'a pas traversé les époques et les frontières pour finir aux oubliettes ! Les clients recherchent depuis quelques années un retour aux vraies valeurs dont l'authenticité en tête de liste. L'eau de Cologne, simple et vraie, s'impose à nouveau dans toute sa noblesse, comme une mise en exergue d'ingrédients naturels synonymes d'une fraîcheur à nouveau recherchée !

L'eau de Cologne répond à un besoin de plaisir pur, de bien-être. Les plus grands parfumeurs sont en quête de l'eau idéale. D'ailleurs ils ont aussi, aujourd'hui, pour leurs eaux, comme pour leurs parfums, leur propre nez! C'est un signe. De la même façon, Jardin de France a son propre parfumeur qui préside aux créations de la Maison.

Les années 2000 consacrent l'eau de Cologne pour son authenticité. Elle répond à une recherche universelle et intemporelle de plaisir et de sensations vivifiantes. En ce sens, elle symbolise l'essence même de Jardin de France qui lui est toujours resté fidèle depuis 1920 ! Elle incarne le rituel d'un véritable art de vivre.

L'Eau de Cologne n'aura décidément jamais fini de dévoiler ce qu'elle a à dire… Les Eaux de Cologne Jardin de France, parmi lesquelles Extra Vieille ou Naturelle de la ''Collection Saphir'', ainsi que Secret Hespéridé de la ''Collection 1920''  en sont l'illustration parfaite.

 

Entre vous et nous (2013)

Selon un ouvrage du xixe siècle, l'eau de Cologne originelle serait composée des substances suivantes : mélisse, marjolaine, thym, romarin, hyssope, absinthe, fleurs de lavande, racines d'angélique, cardamome, baies de genièvre, semences d'anis, de carvi, de fenouil, cannelle, muscade, girofles, écorces de citron, huile de bergamote, eau de vie.



Jardin de France © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer son site web